Que peuvent bien vouloir dire nos maux? Le fait d’en retrouver l’origine porte un nom un peu barbare de « décodage biologique »: comment et pourquoi « décoder sa biologie »?

J’aimerais vous proposer une petite entrée en matière simplifiée afin de vous familiariser avec le concept.

Comme tout principe de médecine naturelle, comme de nombreuses philosophies et sages à travers le monde, et comme des milliards de cas nous le suggèrent chaque jour: nos maux ne sont pas dus au hasard (Révélation! Roulement de tambours!). Nous sommes d’accord que certains cas font l’unanimité tels que les douleurs de ventre qui nous indiquent un stress ou encore la plus banale des fatigues qui nous indique un besoin de dormir… 

Pourquoi ne pas aller plus loin? 

Certains sont peut être familiers avec le principe d’écouter son corps, et l’on peut toujours faire un pas de plus dans ce sens. Il est essentiel de partir du principe que nos émotions/croyances/pensées sont une source de déséquilibre (énergétique puis) physique. A y regarder de plus près, les ouvrages sur ce thème sont on ne peut plus nombreux et les témoignages sont parlant: vous trouverez maintes ressources dans le cas où vous douteriez de ce fait.

Là où peut arriver une difficulté dans l’interprétation de ses maux, c’est lorsqu’il devient nécessaire de prendre conscience de sa propre responsabilité. Loin de nous l’idée de se culpabiliser ! On cherche à aller de L’AVANT et à TRANSFORMER nos difficultés en évolution. Et en cela, un corps est similaire à une intuition…il connait le chemin

.

Au quotidien

Rentrons dans le vif du sujet, et je vais commencer par vous citer mes propres exemples pour que vous puissiez faire un parallèle avec vos propres situations. En dessous de chaque exemple, je vous résume très (très) brièvement les interprétations selon le décodage biologique:

Je me suis fais un lumbago

→ il s’avère que je déménageais pour une nouvelle vie inconnue qui me faisait peur, dans laquelle je me savais (croyais) seule… et dans laquelle j’allais devoir affronter toutes les blessures passées que j’avais portées comme des poids. Puis, je me bloquais encore le dos à chaque fois qu’une situation était trop lourde à porter.
♥ Dos: expériences enfouies, manque de soutien, poids à porter, en avoir plein le dos, trahison (on a agi « dans mon dos »), peur et soumission si on « courbe le dos »

Je me sentais dépressive et je ne cessais de pleurer

→ j’étais vidée de toute énergie à force d’éprouver de la rancoeur vis à vis d’une situation familiale non réglée et surtout non-exprimée. Les larmes n’étaient pas contrôlables, elles laissaient sortir des années de refoulement émotionnel
♥ Pleurs: libération d’émotions enfouies, peurs et attachements durs à contrôler, épuisement de se battre, systématique non-expression de ses émotions, manque de communication ou non-demande d’aide

Je commençais à me faire une tendinite à l’épaule droite

→ je ne supportais plus mon quotidien au travail et je savais au fond de moi que je devais en changer, je le vivais comme un énorme poids. J’avais peur de me décider à changer de travail et bouleverser mon confort habituel et matériel pour lancer mon projet personnel
 Tendinite: non-adaptation à la situation, conflit entre ce que l’on fait et ce que l’on sait devoir faire pour notre bien, dévalorisation de soi
♥ Épaule: fardeau de ses actions, insécurité matérielle, action et mouvement, difficulté à voler de ses propres ailes si douleur en levant le bras (comme c’était mon cas), épaule droite en lien avec le travail

J’avais des nausées (sorry not glamour!)

→ cela arrivait à chaque fois que je devais avoir une conversation sérieuse avec mon ex-partenaire, que je n’y arrivais pas et que je gardais tout pour moi plutôt que de parler, jusqu’à ce que ça « sorte de force »
 Nausées: aversion face à une situation, qqchs qui « reste sur l’estomac », évitement, non-prise de parole, refus

J’avais un nodule au niveau du majeur

→ je n’étais toujours pas partie de mon travail et je comptais demander une rupture conventionnelle, que je savais d’avance refusée, pour enfin monter mon projet d’auto-entrepreneur
 Nodule: déception ou rancoeur face à un projet échoué, présence d’un obstacle qui nous éloigne de notre but, situation où l’on nous a dit « non », manque de la reconnaissance dont on a besoin, doute sur son pouvoir de création
 Main: suggère qu’il s’agit d’une situation où l’on est invité.e. à « agir » (alors que les pieds seront plutôt vis à vis d’une direction à prendre par exemple)

La liste pourrait continuer… Mais je pense que vous voyez où je veux en venir. Ainsi, une fois que j’avais compris le message, que je l’avais accepté et que j’étais passée à l’action (prendre des décisions, lâcher prise, oser etc) , ces maux n’ont plus eu leur place. 

Ce qui signifie, que cela peut être le cas pour vous aussi 🙂
Il est vrai que certaines douleurs apparaissent à la suite d’efforts physiques répétitifs (sport, manutention); dans ce cas c’est à vous de voir si vous y percevez un sens!

A force de pratique et d’un peu de volonté, on constate rapidement que notre corps guide nos pas dans la vie quotidienne, en général pour qu’on se bouge les miches d’une manière ou d’une autre et qu’on rejoigne le chemin qui est le plus bénéfique pour nous.

De nouveau, pourquoi ne pas aller plus loin ?

 

Nos habitudes ancrées

 Au delà des désagréments quotidiens et ponctuels, avez-vous remarqué que l’on se définit par nos maux chroniques et qu’on les considère intrinsèques à notre personne ? On a tendance à ne pas questionner ce qui est là depuis longtemps -trop longtemps.

« Je suis allergique » « je suis asthmatique » « je suis migraineux.se »…
Nous ne sommes pas nos troubles

What ???? 

Alors oui, de nouveau, il est nécessaire pour avancer sur ce chemin de prendre nos responsabilités, et, non, je ne dénigre en aucun cas la véracité de ces troubles car j’en ai eu moi-même (je doute que vous vouliez encore que je vous raconte ma vie). 

La question est: quel comportement profondément ancré cela m’invite à aller voir ? 

Plutôt qu’une flagellation (on sait que Mr Mental retient le négatif plus facilement que le positif mais, good news, c’est loin d’être irréversible), il s’agit plutôt d’une voie d’amélioration de sa propre personne 🙂 Si je vous dis que c’est dans le but d’enlever nos couches de croyances limitantes et nos comportements égotiques, me jetterez-vous la pierre…? ♥♥♥ L’égo n’est pas mauvais en soi, on lui laisse simplement un contrôle légèrement abusif sur nous, initialement pour nous protéger…on trouve mille ressources là dessus. Mon propos est que plus nous nous débarrassons de ces croyances et comportements limitants, plus nous nous rapprochons de notre véritable nature lumineuse, bienveillante, enfantine, paisible. Et le quotidien devient de plus en plus léger. Qui n’a pas envie de tendre à cela? Ne serait-ce que pour arrêter se subir nos vies…

Prenons par exemple les allergies: vous pouvez consulter une.e allergologue, un.e réflexologue ou autre pour favoriser vos défenses immunitaires, ou encore éviter facilement les situations d’allergie: tout ceci pour ne pas en avoir les symptômes. Simplement, le problème de fond -qui n’est pas un problème mais une proposition d’évolution- sera toujours là. Que diriez-vous de vous alléger plutôt que de subir ou d’avoir « à vous en occuper » ?

Bien souvent une pathologie/maladie/douleur n’a pas qu’une seule interprétation….et c’est là où c’est génial: nous seul.e avons la clé. On peut passer en mode guerrier lumineux, créateur de sa réalité, plutôt qu’en mode victime ! Victoire !

Un processus

 Je ressens un symptôme/déséquilibre/douleur:

>>> où cette douleur s’exprime-t-elle ?
>>> je fais le lien entre la zone/maladie concernée et le message qui peut être caché derrière
>>> je reviens à moi en prenant de la hauteur, je me pose les bonnes questions en toute lucidité, je les applique à ma situation/ma personne
>>> j’agis en conséquence et je transforme/transmute peu à peu la situation
>>> je suis allégée d’un poids, je retrouve mon chemin d’évolution et en prime je suis devenue une personne encore plus alignée

Notons simplement que sans la partie « j’agis en conséquence », cette suite de faits n’est qu’un cercle… vicieux. Peut être pensez-vous « facile à dire ! »: je n’ai pas affirmé que tout ceci était simple et rapide, mais mon propre vécu me rend convaincue qu’on peut TOUS le faire. 

Simple précision, certains de nos troubles nécessitent aussi une guérison allopathique ou un accompagnement, car nos habitudes enfouies peuvent avoir impacté physiquement le corps au fil des années, et celui-ci nécessite d’être soulagé en même temps que la tête. 

Egalement, certaines maladies sont définitives et font parfois partie d’un chemin de vie plus large, ce peut être un apprentissage perpétuel à vie. Chacun détient la clef de compréhension des « bagages » avec lesquels il.elle s’est incarné.e <3

Quoi qu’il en soit, le sujet est si vaste qu’il mériterait des heures et des heures. Simplement pour finir, ce qui me vient à l’esprit est de rappeler encore une fois que si l’on est responsable de nos tracas, on est également responsable de notre bonheur. Et ça, c’est la seule chose à retenir <3 Comme dans n’importe quelle situation, nous sommes invité.e.s à reprendre notre pouvoir personnel, nous sommes nos propres guides pour écouter les messages du Moi au moi. Sans AUCUNE culpabilité, ce qui me semble très (très) important. Que ferions-nous ici si l’on était parfait ?

Gardons en tête la symbol(og)ique des maux ET des mots:  « mal-a-dit », « d’où-leurre »

Peu à peu, essayons d’intégrer que l’intelligence de l’Univers ne laisse pas de place à des « hasards » aussi importants, et qu’une maladie peut nous en apprendre beaucoup plus sur nous-même qu’on ne le croit. Je vous l’accorde, il peut être parfois compliqué d’envisager que nos maux/maladies nous viennent comme des cadeaux d’équilibre et d’évolution. Le dénominateur commun est toujours de nous inviter à faire preuve de plus d’Amour, envers Soi-m’aime et envers les autres.

Pour que tout ce charabia vous paraisse un peu plus clair, je vous ai résumé ci-après quelques symboliques de maux courants, extraites du « Grand dictionnaire des malaises et des maladies » de Jacques Martel (le Saint Graal en la matière! Vous y trouverez le détail de chaque zone du corps, chaque trouble, chaque maladie)

 

Je vous conseillerais aussi:

« Le décodage biologique » de Christian Flèche

« Ton corps dit: aime-toi! » de Lise Bourbeau

« Dis moi où tu as mal et je te dirai pourquoi » de Michel Odoul

« Anatomie de l’Esprit » de Caroline Myss (celui-ci uniquement si vous êtes passionné.e par le sujet^^ il entremêle chakras, théologie et symbolique du corps)

L’application « dico des maux » de Lulumineuse

Vous-même!

 

Je vous souhaite un beau chemin de décodage,

Deer Love and Light

%d blogueurs aiment cette page :