Cancer

Extrait du dictionnaire de Jacques Martel:

« Le cancer est l’une des principales maladies du XXème siècle.(…) Les êtres humains ont souvent des cellules pré-cancéreuses dans l’organisme, mais le système immunitaire les prend en charge avant qu’elles ne deviennent cancéreuses.(…)

Le cancer est lié principalement à des émotions refoulées, du ressentiment profond qui datent parfois de longtemps, par rapport à quelque chose, ou une situation qui me perturbe encore aujourd’hui et face à laquelle je n’ai jamais osé exprimer mes sentiments profonds. Ils sont souvent en relation avec un/des aspect(s) de ma vie de couple. Même si le cancer peut se déclarer rapidement à la suite d’un divorce difficile, d’une perte d’emploi, de la perte d’un être cher etc, il est habituellement le résultat de plusieurs années d’un conflit intérieur, de culpabilité, de blessures, de chagrin inconsolable, de rancune, de confusion et de tension qui me rongent. Je vis du désespoir, du rejet de moi. Je rumine sans cesse le même sentiment d’échec. Ce qui se passe à l’extérieur n’est que le reflet de ce qui se passe à l’intérieur, l’être humain étant représenté par la cellule, et le milieu de vie ou la société par les tissus.

Dans la plupart des cas, si je suis atteint de cancer, je suis une personne aimante, dévouée, pleine d’attention et de bonté pour mon entourage, extrêmement sensible, semant amour et bonheur. Pendant tout ce temps, mes émotions personnelles sont refoulées au plus profond de moi. J’ai une très faible estime de moi. Alors que je m’occupe de tout le monde, je mets de côté mes besoins personnels. 

Je remets mon pouvoir à une autorité plus grande que moi et qui m’est extérieure. Je suis perdu.e, car je ne me définis qu’à travers les autres. Je n’ai aucune identité. Je suis étranger à moi-même, je laisse donc aller mes cellules saines qui représentent mon identité, et elles sont remplacées par des cellules étrangères qui n’ont pas leur place dans mon corps. Mais comme le bien-être de tous ceux qui m’entourent prime sur le mien, je décide que je ne vaux rien et que je peux laisser les autres m’envahir. (…)

«J’en veux à la vie » « elle est trop injuste » donc je deviens bientôt victime du cancer. (…) C’est habituellement la haine envers quelqu’un ou envers une situation qui va me « ronger l’intérieur » et qui va amener les cellules à s’autodétruire. Cette haine est souvent enfouie derrière mon masque de « bonne personne ».

J’ai besoin de combler mes désirs non satisfaits au lieu de ne faire plaisir qu’aux autres. Je dois m’offrir des joies, des « petites douceurs ». (…)

Je me sens inutile « à quoi bon vivre? »; c’est ma façon d’en finir avec la vie. (…) La mort peut me sembler, inconsciemment, plus belle que la vie que je mène.

J’ai besoin de redéfinir qui je suis réellement au lieu de vouloir m’identifier à l’image qu’on veut que je projette. J’ai besoin de faire tomber mon masque. Et je vais découvrir que j’ai tout le courage et toute la force nécessaires pour accomplir tous mes rêves !

La partie du corps atteinte m’éclaire quant à la nature de mes problèmes: cela m’indique quels schémas mentaux ou quelles attitudes je dois adopter afin d’amener la maladie à disparaitre. 

♥ J’accepte de reprendre contact avec cette partie de moi dont je m’étais coupé.e afin de reprendre contact aussi avec la vie. J’ouvre mon coeur et je prends conscience de tout ce que l vie peut m’apporter, et à quel point j’en fais partie. Même si le cancer semble à priori avoir le rôle du méchant, de l’adversaire, je me rends compte qu’il est un catalyseur afin que j’apporte des changements importants dans ma vie. (…) J’accepte d’apprivoiser les différentes émotions qui m’habitent, je reprends la maîtrise de ma vie. Il n’y a que moi qui sais ce qui est bon pour moi ! Il n’y a que moi qui puisse décider de guérir. (…) J’accepte de vivre dans le moment présent, en acceptant tout mon passé comme une période d’apprentissage afin de me découvrir, de savoir qui je suis vraiment. En laissant couler la vie en moi, mes cellules seront bien nourries et remplaceront celles dont je n’ai plus besoin »

 

Le bouquin présente chaque type de cancer et ses spécificités.

%d blogueurs aiment cette page :