Genou

 

Extrait du dictionnaire de Jacques Martel

« Les genoux sont les articulations sur lesquelles je m’agenouille. Je m’abandonne à la hiérarchie normale ou à ce qui est au dessus de moi, au mouvement et à la direction qui prennent place. Quand je marche, les genoux entrainent tout le corps dans le mouvement; les genoux manifestent donc mon degré de flexibilité et servent à amortir les chocs lorsque la pression est trop forte. Ils représentent tant mon degré de persévérance que d’indécision. 

Ils seront affectés si je me dévalorise par rapport à mon physique ou à mes performances sportives. 

Si j’ai du mal à plier le genou, je démontre par là une certaine rigidité; cela peut venir d’un égo orgueilleux(…), un genou qui plie facilement est un signe d’humilité et de flexibilité. Les genoux sont nécessaires pour maintenir ma position sociale et mon statut; de bons genoux indiquent que je suis ouvert à mon entourage et au changement. »

 

Léger résumé :

Les douleurs aux genoux traduisent un conflit intérieur quant à mon égo, un tiraillement entre « je » et « nous » (=genou), qui que soit ce nous. 

La dislocation d’un genou peut indiquer que je me sens déséquilibré face à une personne/situation. 

Les genoux qui flanchent montrent que je suis influençable et que je peux manquer de confiance/conviction.

Les ménisques assurent un bon ajustement articulaire. Lorsqu’il y a déchirure, je résiste dans ma façon de penser et je ne veux pas me soumettre aux situations, aux autres, à l’autorité etc. Lorsque les ménisques lâchent, c’est que je préfère rompre plutôt que de m’adapter. J’ai peu de confiance en moi et je me plie aux exigences des autres. J’ai l’habitude d’être le conciliateur pour que l’harmonie règne et si je pense avoir échoué dans ce rôle, mes ménisques vont réagir. 

Se demander devant qui ou quoi a-t-on l’impression de devoir abdiquer? Autorité, changement, responsabilité, ambitions…

Je peux avoir peur de trahir quelqu’un si je me choisis, si je prends soin de moi.

♥ J’accepte de m’ouvrir au monde et de changer ma manière d’être sur certains aspects. Je laisse aller la colère et je nage dans le sens de mon courant. J’accepte de pouvoir recevoir de l’aide avec humilité et de m’ouvrir à une nouvelle réalité que je ne pouvais pas voir avant car j’étais enfermé.e dans mon propre univers. J’ai tout le potentiel pour accepter de nouvelles responsabilités ! Si je me rends compte que je vis de la frustration parce que je veux toujours avoir raison (…), je m’arrête et me questionne sur mes vraies valeurs afin de revenir à l’essentiel, d’écouter mon coeur au lieu de laisser le côté rationnel tout décider. Je redonne vie à ma créativité et à mon intuition car j’ai la capacité de rebondir dans n’importe quelle situation !

%d blogueurs aiment cette page :